Plaisirs culinaires

Publié le par Sire Ptit Séb

 e ne sais pas pour vous, mais je pense que l'essentiel dans la cuisine, c'est de prendre autant de plaisir à préparer le repas qu'à le déguster.

Alors, j' inaugure la rubrique Gastronomie par l'essentiel, ce qui donne tant de saveur à la cuisine médiévale: Les Epices....

On a longtemps dit que les épices au Moyen-Age étaient un cache-misère permettant de camoufler le coté avarié des aliments sous d'improbables mélanges de saveurs fortes.

Je vais vous faire une confidence, je n'était pas là pour vérifier si les aliments étaient effectivement avariés.

Mais quand vous aurez goutés ces associations d'épices et autres condiments dans vos plats, vous vous rendrez compte que ces "artifices" naturels ne camouflent pas autant les saveurs qu'ils ne les font ressortir.

Commençons par le commencement: quels épices étaient utilisés en ces temps immémoriaux...

Le safran : la star des sauces, on le trouve presque partout. Utilisation moins connue aujourd'hui, mais apparemment courante à l'époque, l'infusion de safran, avant et après le repas. ( cela retarderait l'ivresse, mais comme la sagesse prévaut sur l'excès, il est plus sage de croire en cette recette de grand-mère sans la tester.)

Le poivre: étonnant, il n'est pas très utilisé en cuisine (une recette sur trois) mais l'apothicaire s'en sert contre les maux de tête.

La cardamome (noire ou verte): épice reine, la plus couteuse après le safran. Se marie tant avec le salé qu'avec le sucré. Attention: on la trouve souvent dans sa coque, pour apprécier son goût, il faut retirer les graines se trouvant dans sa capsule protectrice.

Le gingembre: parfume les boissons, et se consomme aussi sous forme de dragée à la fin des repas. Il se déguste cru ou confit.

Le clou de girofle: très prisé pour son amertume, surtout dans les vins parfumés.

La cannelle: réservée surtout au dessert, comme les compote, les biscuits, et aussi le vin chaud.

La maniguette: aussi appelée "Graines du paradis". Le nom se suffit à lui-même, c'est de la poésie dans la cuisine...

Continuons avec les herbes fines:

La sauge: du latin "salva" = sauver. Tout est dit, elle est bonne pour la santé et un régal pour les papilles.

Le persil: frisé ou plat, il a la côte pour son goût et pour son aspect décoratif.

Le genièvre: un goût de résine sauvage. Vous avez le coup de fourchette un peu lourd, qu'importe, le genièvre favorise la digestion en stimulant les sécrétions gastriques.

Le coriandre: surtout pour les potages et les pâtés.

Enfin, terminons par quelques condiments:

Le sel: un puissant conservateur, à une époque où le réfrigérateur n'était même pas à l'état de projet.

L'ail: très apprécié, surtout dans la célèbre "saulse d'aulx".

La moutarde: très présente, mélangé avec du moût de raisin.

Le raifort: le pendant de la moutarde, s'utilise rapé.

Voilà, vous n'avez plus qu'à trouver votre fournisseur, et vous serez prêts à exécuter les recettes qui bientôt fleuriront sur ce site...

Médiévalement vôtre.

Publié dans Gastronomie

Commenter cet article

ecriture 09/10/2005 10:02

Une petit visite de courtoisie, après votre passage dans la contrée de "Quel Monde". J'ai choisis cette rubrique pour poster mon message, car j'aime beaucoup l'art culinaireen général. Jouer avec les saveurs, saupoudrer d'épices qui se mélangent au cours de la cuisson...
Un délice.
Je reviendrai au cours de mes excursions sur over blog dans ton antre moyenâgeuse.

Eric 28/05/2005 11:34

Moi je suis un passioné de médieval mes avant tout les épices,je m'en sert beaucoup dans mes plats,sucré salé,la cannelle est une de mes chouchou, je fabrique moi même avec ma fille de 6 ans l'hyppocras, les épices sont un bonheur de saveur dans les plats ...

lord 18/05/2005 20:01

la canelle...mon épice préférée...dans tout ce qui est du sucré-salé, du sucré... presque tout...la seule épice que je connaisse qui a le goût de son odeur...hum

Meli 18/05/2005 19:50

J'ai essayé une recette il y a peu avec toutes ces épices ! et ma foi cela s'est révélé réellement délicieux ! :D

Meli