Le Trébuchet

Publié le par Sire Petit Séb

Le trébuchet

XIIe - XVIe siècle
Portée : jusqu'à 220 m
Boulets : jusqu'à 125 kg
Cadence de tir faible : 1 à 2 coups/h
Servants et main-d'oeuvre spécialisée : de 60 à plus d'une centaine d'hommes, toutes fonctions confondues.

 l fût introduit en France au XIIe siècle. Les croisades furent vraisemblablement le moteur qui poussa à développer ce type d'armes de siège.

Le trébuchet est une variante du mangonneau en ce sens que son contrepoids, appelé aussi huche, est articulé. Ceci lui confère de nombreux avantages, notamment en ce qui concerne l'équilibrage de l'arme. Le trébuchet nécessite également moins de personnes pour redonner sa position initiale à la pièce d'artillerie.

                         De l'esquisse à la reproduction fidèle               

L'âge d'or du trébuchet se situe aux XIIIe siècle. L'arme fut notamment utilisée pendant la croisade des Albigeois comme l'attestent les fouilles faites à Carcassonne et au château de Montségur par exemple.

Cette arme fut appelée le loup de guerre sous le règne du roi d'Angleterre Édouard Ier qui en utilisa de nombreux exemplaires pour conquérir le Pays de Galles puis l'Écosse.

On pense communément que le trébuchet pouvait tirer des boulets pesant jusqu'à environ 120 kilogrammes sur une distance d'un peu plus de 200 mètres. Une telle arme fut surtout employée en tant qu'arme de siège. Elle était donc pointée sur un point précis des fortifications ennemies qui étaient alors bombardées. Le trébuchet constituait également une arme de dissuasion efficace. En effet, certaines places fortes capitulèrent dès lors que les assiégés apercevaient l'érection de la machine. Une variante du trébuchet plus mobile et légère fut également développée plus tard qui comportait deux contrepoids situés de part et d'autre de la verge et qui, de ce fait, portait le nom de couillard ou également de biffa.

Le trébuchet fut graduellement remplacé par l'artillerie à poudre jusqu'à la cessation de son emploi au cours du XVIe siècle. Les deux systèmes d'armement cohabitent en effet pendant environ trois siècles puisque l'artillerie à poudre fut introduite vers le début de la guerre de Cent ans opposant les Français aux Anglais. Il faut dire qu'à l'époque, le maniement du trébuchet était d'un emploi plus simple et surtout moins dangereux que l'artillerie à poudre.

Médiévalement vôtre.

Publié dans Armement

Commenter cet article

lionel 22/09/2005 14:26

:0038: l'époque féodale était quand même une sacrée époque! Ah, la vie d'antan
Amitié bon sire
lionel

zordar 20/09/2005 21:25

on voit bien les obsédés !

Baldwulf 20/09/2005 21:20

J'aime beaucoup l'image du "couillard" avec ses 2 contrepoids de part et d'autre de la "verge"... ^_^

sieglind 20/09/2005 19:23

Bonsoir!
Tu connais le jeux Les Croisades (c'est un vieux truc) mais dedans il y a une énigme c'est reconstruire un trébuchet! J'ai passé pas mal de temps dessus (les pièces éparses et sans la notice de montage même en nippon, ça aide pas trop! lol)
Bon jeu d'ailleurs (ou tu apprend les croisades d'une manière ludique par des énigmes à résoudre sympa!
Côté précision ça valait la "frappe chirurgicale américaine" non lol
Bonne soirée.

Aurélie, la maman d un Enfant EXTRAORDINAIRE 20/09/2005 16:02

Kikou

Gros bisous

Bonne journée et à bientôt

Aurélie