Le couillard

Publié le par Sire Petit Séb

Le Couillard.

XIVe - XVIe siècle
Portée : jusqu'à 180 m
Boulets : de 35 à 80 kg
Cadence de tir: jusqu'à 10 coups/h
Servants : 4 à 8 + les artisans

  'est la machine à contrepoids la plus perfectionnée. Ses deux huches (ou bourses) articulées facilitent la manutention de l'engin en divisant par deux les charges à manier. La construction s'en trouve simplifiée, puisqu'un seul poteau suffit. Celui-ci est parfois solidement planté dans le sol ou, plus souvent, sur un châssis en bois. Les contrepoids des premiers couillards étaient des grands sacs en cuir remplis de terre. Plus tard, ils furent remplacés par des huches en bois et en fer riveté remplies de métal. Leur poids variait de 1,5 à 3 tonnes.
Les performances de cette machine sont inférieures à celles du trébuchet mais sa cadence de tir, cinq à six fois supérieure, avec une équipe très réduite, lui a permis pendant longtemps de concurrencer l'artillerie à poudre.
                                                                                                                                          

Un des engins, servi par une simple équipe de quatre hommes, a projeté des boulets de pierre de 35 kg à 180 m à une cadence de dix tirs à l'heure! On imagine aisément les ravages que pouvait provoquer un tel engin fonctionnant jour et nuit.

N'oublions pas que les charges envoyées n'étaient pas seulement faites de pierre.

Il arrivait que des cadavre de malades soient envoyés chez l'ennemi (ce qui constitue l'ancêtre de la guerre bactériologique).
Quant à son étymologie, Napoléon III remarqua déjà qu'un seul coup d'oeil sur sa silhouette suffisait à la comprendre!
Très massif (5 m de long et 2,5 m de large pour un mat érigé à 8,40 m) il peut pourtant facilement être déclenché par un servant.

Médiévalement vôtre.

Publié dans Armement

Commenter cet article

Aurélie, la maman d un Enfant EXTRAORDINAIRE 23/09/2005 17:29

Re-re-kikou

Bonne soirée à vous et bon week end

A lundi et merci de votre soutien si précieux ... c'est ainsi que peut être les choses avanceront et que la médecine sauvera nos enfants !

Merci pour Jérémy et tous ceux qui attendent aujourd'hui.

Amicalement

Aurélie

lionel 22/09/2005 18:20

:0038: salut camarade je passe à nouveau dans le coin et je viens visiter ton superblog! Amitié
lionel

Baldwulf 21/09/2005 14:34

Quel observateur ce Napoléon III !!! ^_^
C'est sûr que le coup de balancer les corps malades devait être efficace en période de siège ! Y a-t-il déjà eu une bataille de remportée grâce à ce stratagème ???

sieglind 21/09/2005 10:25

Le coups des corps contaminés, je connaissais, on comprend mieux l'appellation de l'engin quand tu parles de "bourses" lol Très imagé, je trouve, mais à cette époque, ils appelaient un chat un chat s'pas? lol
Bonne journée