La Ville aux cent clochers.

Publié le par Sire Petit Séb

 

ROUEN

(Seine-Maritime)

 u départ il n’y avait sans doute sur la rive qu’un village : Ratumacos était une ville Gauloise, les romains la latinisent en Rotomagus et en font le chef lieu des Vélio Casses vers 200 avant J.C. A l'époque le port d’une centaine d’hectares dépasse probablement Lillebonne, mais il n’existe pas de preuve matériel de l’occupation (christianisé vers 260 après J.C.).
En fait la véritable histoire de Rouen commence avec l’arrivée des Danois et des Normands.
Est-il besoin de rappeler que ces aventuriers avaient quitté leur Port d’attache pour courir les mers à bord de leur Snekar. Il remonte le cours de la Seine, pour piller bien-sûr, mais aussi très vite pour «coloniser».
C’est Rollon qui devint le premier Duc de Normandie après le traité de St Clair sur Epte (911) et il choisit Rouen pour capitale. Les Normands vont s'établir et instaurer à Rouen un véritable centre économique, politique et religieux, qui malgré les crises et les guerres va entraîner pour la ville une période d’expansion.
Rouen sera un enjeu entre le Roi d’Angleterre Duc de Normandie et le Royaume de France.
En 1204 Philippe Auguste reprend la ville aux Anglais. Un Conseiller de St-Louis offrit une cloche monumentale en 1282 à l’Eglise St Romain. En 1419, après un siège de 6 mois, les anglais reprennent Rouen à Jeanne d’Arc a qui ils feront subir le sort qu’on lui connaît. Mais les Français ne sont pas échaudés et reprennent la ville en 1449. La fin de la guerre de 100 ans marque la ville d’une période de construction, qui fait aujourd’hui le cachet de la ville ( la Cathédrale, le Gros Horloge).
Au XVIe siècle la Renaissance offre à Rouen l’hôtel de Bourgtheroulde. Malgré les guerres de religions l’expansion se perpétue et au XVIIIe siècle la ville connaît un formidable essôr grâce au travail du coton. La rive gauche devient industrielle et ouvrière tandis que la rive droite sera le lieu d’élection de la bourgeoisie locale.
Rouen s'illustre aussi pour sa richesse artistique.Nombreux sont ceux que la ville inspire, Flaubert bien-sûr mais aussi les duchamps-villons, et grands nombres de peintres impressionnistes (l'école de rouen) dont le musée des beaux art concerve jalousement la fougue.
Durant la dernière guerre un terrible incendie en 1940 plongera la ville dans un vaste chantier de reconstruction qui n'est pas encore achevé à ce jour.

Médiévalement vôtre.

Publié dans Héraldique

Commenter cet article

mouarfff 08/10/2005 00:13

J'ai une tante à moi qui à eu le droit à une séance d'UV gratos dans cette ville...(c'est juste une tante par alliance, comme des milliers de français sans doute je descend de son frère jacques...)

véro 07/10/2005 21:58

Nous avons eu la chance de visiter Rouen il y a longtemps avec un ami qui aimait l'histoire et qui habitait Petit-Couronne. Un nom dont tu connais peut-être l'origine... Véro

javafred 07/10/2005 20:50

oui certains bâtiments de Rouen sont très impressionnants. Très bien conservés, heureusement qu'ils sont passés à travers les bombardements.
A+

vkarole 07/10/2005 19:21

merci de ta visite, ma fille a habitée Rouen pendant deux ans , elle m'a dit que c'était une trés belle ville bonne continuation

cleomede 07/10/2005 18:55

Euhhhhhhh t'es sûr que tu veux jouer au foot là dessus? lol
Sympa cet article sur Rouen. J'aime l'histoire, j'aime connaître les origines et surtout j'adore les vieilleries
Bisous et bon week moi je bosse le week end