François de Montcorbier

Publié le par Sire Petit Séb

François de Montcorbier dit VILLON

François de Montcorbier dit François VILLON est né à Paris en 1431.

Alors qu'il était étudiant, il s'est lié d'amitié avec de petites gens aux moeurs peu conventionnelle.

Il se retrouve alors mêlé à plusieurs vols et, fait plus grave, à un meurtre!!!

Alors qu'il attend d'être pendu pour son crime, il écrit sa plus fameuse ballade: 

Epitaphe plus connu sous le nom de "la ballade des pendus"

La sentence fut commuée en bannissement au début de 1463.

Nous perdons à ce moment la trace de ce grand auteur de lais et ballades, que vous retrouverez au cours de vos lecture de ce site...

Et je commence maintenant avec la fameuse:

"Ballade des pendus"

Frères humains qui après nous vivez,

N'ayez les coeurs contre nous endurcis,

Car, si pitié de nous pauvres avez,

Dieu en aura plus tôt de vous merci.

Vous nous voyez ci attachés cinq, six:

Quant de la chair, que trop avons nourrie,

Elle est piéça dévorée et pourrie,

Et nous, les os, devenons cendre et poudre.

De notre mal personne ne s'en rie;

Mais priez Dieu que tous nous veuille absoudre!

Se vous clamons frères pas n'en devez

Avoir desdain, quoi que fûmes occis

Par justice. Toutefois, vous savez

Que tous hommes n'ont pas bon sens assis;

Excusez nous, puis que sommes transis,

Envers le fils de la Vierge Marie,

Que sa grâce ne soit pour nous tarie,

Nous préservant de l'infernale foudre.

Nous sommes morts, âme ne nous harie;

Mais priez Dieu que tous nous veuille absoudre!

La pluie nous a  büés et lavés,

Et le soleil desséchés et noircis;

Pies, corbeaux, nous ont les yeux cavés,

Et arraché la barbe et les sourcils.

Jamais nul temps nous ne sommes assis;

Puis ça, puis là, comme le vent varie,

A son plaisir sans cesser nous charrie,

Plus becquetés d'oiseaux que dés à coudre.

Ne soyez donc de notre confrérie;

Mais priez Dieu que tous nous veuille absoudre!

Prince Jésus, qui sur tous a seigneurie

Garde qu'Enfer n'ait de nous la maistrie

A lui n'ayons que faire ne que souldre.

Hommes, ici n'a point de moquerie;

Mais priez Dieu que tous nous veuille absoudre!

Médiévalement vôtre.

Commenter cet article

jg56 08/03/2006 20:07

Ho! Ho! C'est très bien pour mon devoir de demain ça ! Allez j'imprime lol
amicalement le seigneur qui roule avec du fioul

Photopassion93 02/03/2006 20:18

J'ai eu un plaisir intense à relire cette poésie de Villon que j'avais apprise dans mon jeune age. Je la trouve toujours d'actualité et très humaniste.Ton blog est sympa, bien documenté, de belles images et de bons texte.Merci pour cette tranche médiévale

llh 02/03/2006 13:23

j'adore villon

Dame Petite Stéph et Sire petit Séb 02/03/2006 10:31

Je fais mon mea culpa sur ton site en commentaire de ton dernier article!!!
Désolé!

sandra 02/03/2006 10:30

merci pour ton poeme seb je le mettrais a mon blog
normalement mon blog etait plein mais j en ai effacer qq un promis je n efface plus rien merci a tt a l heure bizzzz